"I have built myself
from the bones
of my parents’ weaknesses.
I have built myself
from the ashes
of those ruined loves.
I am more than this."

"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort. C’était une connerie. Du moins dans son acception banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n’endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L’âme humaine n’est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C’est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée."

Jean-Christophe Grangé, Le Passager (via ellednorih)

(via ellednorih)

"On dit d’elle qu’elle est douce, fantasque, un peu sauvage. Qu’il y a dans son regard, quand elle se tait, quelque chose qui met à nu. Que parfois sa voix se brise, quand elle rit."

Delphine de Vigan, Les jolis garçons (via ellednorih)

(via ellednorih)

"Vous voyez, ces lignes, celles dont on dit qu’elles révèlent l’avenir d’un individu…Vous savez d’où elles viennent? Ce sont les cicatrices des premières pulsations. Au moment où le coeur se met à battre, les mains du foetus se contractent, et les lignes se dessinent pour toujours."

Florian Zeller (via avantdedormir)

(via gardelesilence)